Le zen est une école de méditation bouddhiste.
Son enseignement remonte à l’expérience du Bouddha Shakyamuni 
il y a de cela 2600 ans. 

 

Bouddha est un terme sanskrit qui signifie « éveillé ». 
Eveillé à la réalité comme si les voiles qui la recouvrent étaient tombés.  

 

Il ne s'agit  pas d'un enseignement occulte, ni de croyances ou de rituels magiques. 
Il s’agit bien plutôt d’une école de vie. 
Voie de sagesse et de compassion, concentration et observation s'y côtoient. 


En éclairant nos conditionnements, le bouddhisme offre une voie d’émancipation : une voie de libération située en nous-mêmes, en rapport à ce qui nous aliène et nous fait souffrir.

« Etudier la voie zen, c’est s’étudier le soi…» 

Ce sont là le propos du moine et fondateur Dogen Zenji qui au 13e siècle apporta la voie du zen au Japon depuis la Chine. 

 

Dénommée « Chan » en Chine ou « Dyana » en Inde, cette pratique racine du bouddhisme est une large voie d’éveil qui s’est colorée au fil du temps et au gré des cultures.

La pratique de Zazen, l’assise silencieuse, revient à l’essentiel : le dépouillement « pur et nu » du corps et de l’esprit.  

 

Au delà de l’assise silencieuse, le bouddhisme nous invite à mener notre vie en pleine conscience, en accord avec l’ordre de choses, et ce pour le bien de tous les êtres. 

 

Si la méditation zen s’enracine dans l’ineffable et le mystère, elle favorise également une grande lucidité par rapport à nous-mêmes et à ce qui nous entoure. 

 

Ce n’est pas une thérapie, c’est un apprentissage, une discipline, une manière d’être et de faire… 

 

La voie  de la "réalité telle qu’elle est", dépouillée de toutes nos complications et projections mentales, est juste là sous nos pieds, ici et maintenant ! 

                                                           

                                      Le zen et ses racines..